Le dojo aïkido traditionnel de Villefranche sur Saône en beaujolais

C'est le fonctionnement d'un dojo traditionnel

On comprend immédiatement à lecture du schéma ci-desssous que: l'enseignement traditionnel est une transmission du savoir maitre à ses disciples,
dans le cadre d'un dojo : "do: voie... jo: lieu" lieu où l'on étudie la voie du maitre du dojo...

<= Ce schéma résume tout : c'est l'ossature du système traditionnel son essence.

La transmission d'un savoir de maitre à disciple
C'est ce qui vous indique que vous êtes dans un "art martial traditionnel japonais" fidèle à l'enseignement du fondateur de l'aïkido , et surtout pas dans le club de gym du coin, un "club" de n'importe quoi qui prétend enseigner l'aïkido en faisant exactement l'inverse de ce que voulait son fondateur, "afffilié à une fédération sportive" ... afin qu'on ai aucun doute sur son incompétence et son ignorance.

"L'Aïkido est l'inverse d'un sport "
Morihei Ueshiba fondateur de cet art martial

si on est l'héritier de l' enseignement du fondateur de l'aïkido

  • on a pas un "club d'aïkido" mais un "dojo" une grossière erreur qui traduit l'incompétence et l'ignorance.
  • le sport n'est pas et ne sera jamais une référence.

On a donc :
ni le fonctionnement d'un sport, ni les objectifs d'un sport, car c'est autre chose "l'Aïkido est un art" martial de surcroit.
Un art ne se pratique pas dans un "club sportif".
Connaissez vous le "club de musque classique" membre de FFM la fédération française de musique agrée ou habilité jeunesse et sport? C'est ignorer ce qu'est un agrément Un agrément c'est la possibilité de représenter la France dans des compétions ou championnats internationaux....
Pour un aïkidoka c'est aussi ridicule.

Pour éviter cette dérive sportive

les premiers pratiquants élèves des disciples du fondateur de l'aïkido, ont appeler leur associations européennes : Association Culturelle ...... Il y avait ainsi en France l' ACFA : A association C ulturelle F rançaise d' A ïkido. ACBA pour les belges etc.

Voir l'HIstorique de l'aïkido régional

Les dérives "sportives de l'Aïkido" sont apparues bien plus tard...

Après la mort du fondateur ses héritiers successifs plus intéressés par le business que l'Aïkido sont allés naturellement vers le sport, vers l'argent.... Comme avant eux le judo, le karaté etc.

Les dérives sprotives sont apprues bien plus tard... Après la mort du fondateur ses héritiers successifs plus interressé par le business que l'Aïkido sont alles naturellement vers le sport, vers l'argent.... Comme avant eux le judo, le karaté etc.
Sommes toute logique : quand on devient ignorant et incompétent on se réfugie dans ce qu'on connait ou croit connaitre.

"L'Aïkido est l'inverse d'un sport " Morihei Ueshiba fondateur de cet art martial Il n'a donc ni le fonctionnement d'un sport, ni les objectifs c'est un art.

Un sport par exemple fonctionne à l'opposé de cela: fédération ligue champion etc. autant de chose qui n'ont aucun sens en aîkido comme le démontre ce schéma.


Constat: cette filiation cette hiérarchie pyramidale règle tout dans la pratique traditionnelle
C'est pourquoi tout le monde s'y réfère constament
les rapports humains
Les responsabilités
La place de chacun
le moindre salut qui sera différent selon les circonstances
Le fonctionnement même du dojo
Les rapport avec le maitre, avec les uchis deshis etc.

Un système japonais qui ne convient pas à notre culture?

Erreur, des cadres d'airbus qui pratiquent l'aïkido (éleves d'Alain Peyrache) Fleuron de industrie, une entreprise des plus innovantes ont été surpris de voir que leur entreprise prône les mêmes valeurs qu'un dojo traditionnel. Une efficacité qui a fait ses preuves.

De nombreux système purement occidentaux français ont exactement le même fonctionnement qu'un dojo traditionnel
N'importe quelle entreprise de notre pays de la plus petite à la plus grosse ont ce fonctionnement
N'importe quelle administration
N'import quel système de type militaire: pompier, police, militaire...
Dans le cas qui nous occupe nous qui sommes souvent assimilé à un sport: le ministère jeunesse et sport et les fédérations qui lui sont soumis ont eux aussi ce fonctionnement hiérarchisé. Quel andouille ou demeuré oserait soutenir que ce ministère ou leurs fédérations sportives ne sont pas hiérarchisées et pyramidales.
  • Les photos n'indiquent que quelques élèves pris pour l'exemple de la structure.
  • Afin que les nouveaux voient des visages connus pour leur indiquer qu'ils sont au bon endroit on a mis les photos des ceux qui vont s'occuper de leur adhésion.
  • Certaines et certains ne voulant pas voir leur photo sur internet on respecte leur droit à l'image.

On voit que le dojo ici dans le cadre du placement sur le tapis et début et fin de cours dépend de la structure pyramidale ci-dessus.
La place de chacun ne dépend pas d'un grade, d'un diplôme d'une évaluation bidon caricature de l'éducation nationale

En dehors d'un dojo cette hiérarchie n'a aucun sens. On comprend la stupidité et l'ignorance qui pensent avoir un diplôme national ou mondial???

"Se la péter avec un grade" une couleur de ceinture de boule de billard... est donc particulièrement stupide. Mais surtout d'indication d'une égo obésité incurable..

Un uchi deshi peu remplacer le professeur au kamiza ou agir à sa place. Les plus anciens uchis deshis peuvent laisser le kamiza à un moins ancien qui a besoin de ce travail en situation etc.

Notre professeur Alain Peyrache est le professeur de nombreux autres professeurs dans divers pays, ce qui complique le positionnement de chacun des membre de notre dojo lorsqu'ils sont présents: exemple les stages internationaux...

Il enseigne aussi d'autres endroits Tassin et Bourg la semaine, les WE et les vacances dans divers pays. Il nous faut donc trouver notre place avec les élèves de ces 2 dojos proches voir tous les autres quand nous sommes tous réunis.

C'est la base de la pratique martiale notre adversaire est il plus fort ou moins fort, sempaï ou kohaï? personne ne nous le dira mais l'erreur est fatale. Se tromper c'est démontré son incompétence.

Il s'agit bien de la pratique martiale elle même chaque personne est un moyen d'évaluer nos compétences, notre jugement. Certains d'entre nous sont élèves du dojo et aussi professeur de leur dojo.

Pascal est le professeur de 2 dojos. Les élèves de ces dojos viennent aussi suivre des cours dans notre dojo. Eux comme nous devons trouver notre place.

Notre professeur n'agit pas de la même manière avec nous ses élèves directs et ceux de Pascal. Il n'a pas les mêmes exigences etc.

Une pratique égalitaire, parce entre potes du même club, c'est obligtoirement faire autre chose qu'une pratique traditionnelle c'est de l'incompétence ou de l'arnaque voir souvent les 2...

Il est donc facile de savoir où on met les pieds et ce qu'on fait. Mais il n'y a que des pratiquants de disciplines traditionnelles qui peuvent vous le dire et vous indiquez cette structure hiérarchisée qui n'éxiste que dans ce cadre.

Tout le monde connait les arts martiaux même s'il ne les as jamais pratiqués. Même le plus ignorant dans ce domaine sait: qu' un art martial se pratique sous la direction d'un maitre de cet art

dans notre dojo ce maitre est: "Alain Peyrache"

  • Ce qui est moins connu c'est que ce maitre est appelé selon son titre dans l'école: sokei, shihan, renshi etc. De nombreux pratiquants d'ailleurs l'ignorent car il faut du temps, des gens compétents pour vous l'apprendre... 2 choses incompatibles avec la période actuelle: on est pressé, on veut être au sommet sans avoir les compétences la valorisation de l'égo du consommateur est un argument de manipulation commerciale. Les gens compétents sont très rares les escrocs nombreux..
  • Martial est un nom propre théophore ou un adjectif d'origine latine issu de Martinus (guerrier) qui signifie « dédié au dieu Mars ». Autrement dit "un art martial est un art militaire" il s'agit d'art pratiquer par des militaires.
  • Tout le monde sait qu'un fonctionnement militaire veut dire un système hiérarchisé pyramidal, que les les grades sont là pour indiquer cette hiérarchie soldat sergent adjudant ... général. Tout le monde connait les ceintures noires 1er 2ème dan etc. même si ce n'est pas un bon exemple..
  • car une invention récente du fondateur du judo dans un objectif sportif c'est à dire l'inverse d'un art martial. Un art martial traditionnel est exactement l'inverse d'une pratique sportive martiale comme le judo, Karaté etc.
  • C'est facile à repérer un art martial traditionnel porte un hakama une espèce de jupe noire ou bleue 'en fait un pantalon ample) les sports martiaux veste et pantalon seulement jamais de hakama.

Uchi deshis

Un Uchi-deshi est un disciple vivant à temps complet dans le dojo de son maître, ou disciple   « interne »   .
Ce terme est opposé au terme de Soto-deshi qui désigne un disciple « externe ».

Interne: uchi
Externe: soto
Disciple: deshi

Dojo Quand un professeur parle de "son dojo" ("Do"= lieu "jo" lieu où l'on étudie la voie) :
il parle de ses élèves, de son enseignement, il ne parle pas des lieux ou bâtiments. Un professeurs enseigne dans des lieux très divers autres qu'un tatamis: plage, sur la pelouse du stade, au milieu des bois, salle de sport... etc afin de ne pas habituer ses élèves à un tapis et à un lieu spécifique. Un pratiquant de budo (bushi : guerrier)doit s'adapter et pratiquer sur n'importe quel terrain et pas seulement sur un tatamis.
Le plus joli bâtiment appelé dojo occupé par un professeur d'art martial incompétent ne sera jamais un dojo, un professeur compétent dans n'importe quel lieu en fera un "dojo" car c'est le professeur qui montre la voie pas le bâtiment.
On ne confond pas l'écrin et le bijoux, comme il ne suffit pas de mettre un "kimono" pour devenir un pratiquant.

Les professeurs d'aïkido sont extrèmement rarement propriétaire des locaux à moins d'avoir une fortune personnelle.
Le fondateur de l'aïkido lui même a eu les 3/4 de sa vie des dojos dont il n'était pas propriétaire.
C'était néanmoins "son dojo" et "ses deshis" et "uchis deshis" et comme tous les professeurs il parlait de "son dojo".

Le dojo de Villefranche est une magnifique réalisation de la ville de Villefranche comme il a été dit dans la page de présentation.

Lorsqu'on dit : "vivant à temps complet dans le dojo de son maître..."
cela veut dire que l'élève paie sa cotisation dans le dojo où officie son sensei (Maître) et suit régulièrement ses cours. Dans ce cas l'élève est désigné par le terme "uchi deshi".
Un "deshi" du Maître est un élève débutant, peu engagé dans la voie, il se limite à consommer.
Sur cette page ne figure que des "uchis deshis" c'est à dire des élèves avancés dans la voie qui accomplissent des tâches pour le dojo.

Lorsqu'il ne paie pas sa cotisation et qu'il n'est pas inscrit dans le dojo ou exerce régulièrement le Maître, lorsqu'il n'y vient que de temps en temps en invité ou qu'il suit les cours de son Maître dans son propre dojo ou d'autres dojos externes " un sportif dirait "stages",  l'élève est désigné par le terme "soto deshi".
C'est quelqu'un qui suit moins régulièrement les cours de son sensei.

Attention aux escrocs:
Des professeurs d'aïkido peu honnêtes et sans scrupules utilisent souvent la réputation d'un maître et se prétendent son "élève" ou "représenter son enseignement" alors que ce n'est pas le cas. (C'est pourquoi nous mettons les photos des uchis deshi sur cette page par exemple.)

Le fondateur de l'aïkido a eu ainsi une multitude de "fils spirituels soi disant missionnés par lui"... qui n'ont fait que quelques cours avec lui dans le meilleur des cas....

leur objectif: duper les gens sur leur compétences réelles, donner un crédit et une valeur à leur conception très personnelle de la discipline.

Pour prétendre être "élève" ou "représenter l'enseignement du Maître cela parait évident:
il faut suivre régulièrement les cours du Maître, car celui-ci évolue constament. Son enseignement n'est pas figé, normalisé, le "Do" est le chemin de la perfection et il est sans fin.
Ce que le maître a mis 40 ans à maîtriser ne pourra pas l'être en 10 ans par un de ses élèves fut il le meilleur.
N'importe quel débutant peut vérifier il suffit de regarder qui se trouve dans l'entourage du ou Maître ou demander au Maître.

Afin que les débutants ne se trompent pas :
un élève jugé indigne de représenter l'enseignement de son Maître est renvoyé du dojo afin de garder la qualité de l'enseignement.
Un maître ne garde pas un élève qui donne une interprétation personnelle et fantaisiste de son enseignement pour satisfaire son égo-obésité galopante. Car cet individu lui fait perdre son temps, il pollue les autres élèves et il rend la progression de tous plus difficile.

C'est pourquoi avant de monter sur le tatamis à chaque cours on demande au maitre l'autorisation, celle ci dépend de la façon dont vous suivez son enseignement et à la façon de vous comporter dans un dojo: respect de l'étiquette, des pratiquants etc. voir le chapitre notions de bases.

Comme avait coutume de dire le fondateur de l'aïkido : "la voie de l'aiki est semblable au fil d'un sabre un pas de coté ce n'est plus la voie".
L'Aïkido c'est "misogi" c'est à dire éliminer ce qui est inutile, nous encombre, nous empèche de progresser sur le tapis et au dojo.

Evidement l'élève renvoyé du dojo n'ira pas s'en vanter et trouvera un tas d'arguments pour justifier qu'il ne voit jamais le maitre auquel il se réfère.

Diaporamas du dojo